Accueil > Les ateliers d’écriture > Le Grand Confinement > Jour 11 du Grand Confinement

Jour 11 du Grand Confinement

dimanche 29 mars 2020, par Frédérique

Aujourd’hui, on s’inspire de cette photo.

Je reste étonnée devant le magazine scientifique que je viens d’ouvrir dans la salle d’attente de mon médecin. De nouvelles planètes viennent d’être découvertes et on a pu les photographier.
Énormes planètes aux pompons roses. On pourrait croire à un dessin pour la couverture d’un livre de science-fiction. Buildings démesurés de gouvernements planétaires mégalomanes ? Alors si à première vue ces planètes ont un air rigolo, en réfléchissant un peu on se pose des questions : Pour quelles raisons les habitants ont-ils éprouvé le besoin de construire si haut car il doit y avoir de la vie puisqu’on voit des constructions ? Où est la végétation ? Le sol est bien gris, uniforme, pas d’océan. Pourquoi ces quatre mondes sont-ils semblables ? Y en a-t-il d’autres ? En fin de compte ils n’ont pas l’air hospitalier. Je dirais même qu’ils semblent malades ; ces protubérances à y regarder de près ont un aspect agressif, pas normal.
La planète au premier plan a été baptisée : COVID-19, du nom de l’astronome qui a réussi la photo : Aldus Covid. Mais pourquoi 19 ? Est-ce le nombre de planètes ?
L’article n’en dit pas grand chose, la découverte est trop récente, on ne sait pas si les excroissances sont vraiment des constructions. Mais que sont-elles dans le cas contraire ?
Je lis que ces mondes se trouvent dans la constellation d’Orion. Bon, c’est pas trop près de chez nous. Mais on ne sait jamais, si elles sont habitées les OVNI viennent peut-être de là. J’espère qu’on va penser à les surveiller. D’un côté on se sent moins seul dans l’univers mais d’un autre c’est angoissant. Et j’y pense : plusieurs planètes, ça veut dire que si elles sont habitées ils ont les moyens d’aller de l’une à l’autre donc de venir aussi jusqu’à nous ! L’idée des OVNI n’est pas absurde. Ils peuvent avoir le projet de nous coloniser et de construire les mêmes buildings , d’assécher nos océans, de détruire toute la végétation !! Les scientifiques vont-ils nous informer de toutes leurs découvertes ? Ne vont-ils pas les mettre sous le sceau du secret défense pour ne pas affoler la population ?
Je parle de mes craintes à mon médecin il me répond qu dans le cas où les habitants de COVD-19 arriveraient sur terre il n’y a qu’une seule solution : se confiner ! Je n’ai pas compris si ;il plaisantait ou pas, les psy ne sont pas toujours très clair dans leurs réponses.
Françoise G

Aaah
tchoum !

un jet de bêtes à cornes
propulsé dans les airs
à la recherche d’un humain
pour s’y installer
y prospérer au chaud
Coussin moelleux des poumons
Développement anarchique en milieu confiné

Tentative d’expulsion
Toux et crachotements

Mais ils s’incrustent
et se développent toujours

Grosse fatigue et sueurs froides
agueusie et anosmie
Et soudain LA complication
La respiration se fait plus difficile
L’hôte s’étouffe sans un cri
Le festin est terminé
Ils ont tué leur garde-manger
et s’éteignent à leur tour
Ni pleurs, ni fleurs, ni couronne à virus

Caroline

Hello
Elle est jolie cette photo n’est-ce pas ? Vous voyez, en haut, à droite, c’est moi, Cora, toute ronde
avec cette jolie couronne qui me fait ressembler à un soleil et vous vous demandez pourquoi il y a
cette étincelle de malice au fond de mes yeux, c’est mon frère, le gros qui vous tourne le dos, il
me fait d’horribles grimaces, j’essaie de garder mon sérieux pour la photo, mais ce n’est pas
facile, lui et moi, on aime bien la rigolade mais ce n’est pas bien vu dans la famille, c’est plutôt
« boulot boulot », comme mes soeurs, vous en voyez deux à gauche sur la photo, on dirait des
comètes, elles foncent, jamais fatiguées et pourtant ça fait des mois qu’on a entamé notre grand
voyage, un peu de repos me ferait du bien mais il n’en est pas question, le dernier conseil de
famille a été très clair, il faut aller jusqu’au bout, le travail sera terminé lorsque nous aurons fait
notre tour du monde. Je me demande combien de temps ça va durer encore. Au début c’était
vraiment chouette, on a commencé par la Chine, on a débarqué sans prévenir, personne ne nous
attendait, on a visité un marché, très coloré et parfumé aussi, agréable, beaucoup de monde et
puis le bruit a couru que nous étions là, c’était l’affolement, ils n’étaient pas prêt à nous accueillir,
je crois qu’ils n’ont pas apprécié l’effet de surprise, dommage, nous avons continué notre périple,
de pays en pays, de ville en ville, « les voyages forment la jeunesse », Montaigne a sans doute
raison mais pour ma part, je trouve que nous allons trop vite, je n’ai le temps de ne rien voir,
aujourd’hui nous sommes en Bretagne, c’est beau je crois, j’aimerais voir la mer, la sentir, la
goûter, il y a tant de choses à découvrir ici, j’ai envie de me poser, dites-moi, vous voulez bien
m’accueillir ?
Cora

Roselyne

Elles étaient vingt et cent , elles étaient des milliards
Par les routes de la soie, elles arrivèrent légions
Le ciel était tout bleu déplié en mouchoir
Elles étaient bien jolies dans leurs robes du soir
et leurs mines épanouies
Elles se posaient par- là, elles se posaient par- ci.

Pour de mine, sur les écrans de télé et les réseaux sociaux,
il fallut qu’on les voie.
Hérissées, pomponnées, flamboyantes .
Sur leur bonne mine, on les aurait jugées inoffensives .

Mais silencieuses, invisibles et mortelles,
entre deux eaux, les MINES nagèrent,
en escadron sournois , en anémones de mer ,
droit sur le navire et la Terre toute entière.

Elles allaient exploser
Eventrer, étouffer, ligoter, confiner.
Leur poussière de MINE serait pour nos poumons
On aurait tous droit à la contagion .

La peur est comme les MINES , invisible et présente
Pour l’affronter on a trouvé une feinte :
J’écris, tu écris… TOUJOURS , nous écrirons.

Ecrire est notre mine , dedans gisent des mots.
Ils seront vingt et cent, ils seront des milliards.

JM

Covid 19 !
Ah félicitations pour ta tenue ! pour ton look !
On te croirait tout droit sorti d’une galaxie.
On peut dire que tu as de l’imagination pour ton déguisement. Tu l’as trouvé où ? Combien d’heures pour ton maquillage ?
Tu as fait fort quand même !
Au premier regard, je peux dire que tu en jettes et tes copains aussi !
Que d’efforts pour quoi, en fait ?
Je m’attendais à ce que tu sois noir comme la mort que tu répands, une gueule menaçante, grimaçante, horrible, quoi ! du genre "je vous ai bien eu".
Non, Monsieur se prend le culot d’être chic, comme s’il allait à une soirée mondaine ! Tu as des paillettes ? Non, c’est vrai, ce serait un peu trop. Tu es coloré avec beaucoup de goût. Je ne crois pas que tu vas être plus apprécié en étant fringué ainsi....
Ça veut dire quoi, ces effets ?
Tu voulais passer inaperçu ?
Mais c’est complètement raté ! Le monde entier parle de toi, rien que de toi !
As-tu vu le bazar que tu fais, tous les gens qui sont morts à cause de toi, et je ne parle pas de tous ceux qui sont bloqués chez eux, de tous ceux qui ne peuvent pas travailler.
Tu ne pourrais pas revenir d’où tu viens ? Là, je pourrais avoir envie, enfin un peu seulement, de te trouver beau, original.
Il faut savoir tirer sa révérence au bon moment, pour être un tant soit peu apprécié.
Réfléchis bien, plus tu attends, plus ça va être difficile.
On s’en souviendra de ton passage !
Pourvu qu’il soit s’en retour....
Christine.

J’ai reçu ce matin une lettre d’Ivan Oroc.
Au premier abord, ce nom ne me dit rien.
Aucune indication de destinataire ni de lieu sur l’enveloppe :
Depuis quelques années déjà, aucune flamme ne renseigne,
ou vante la ville de départ. Uniformisation, le maitre mot.
Dans les cases. Hors cadre interdit. Rien ne doit dépasser.
Legrandconfinement. Inédit et hors piste. Parenthèse.
Ce qu’il m’écrit ressemble à une description, un exercice d’écriture.
Il commence par un inventaire sous forme d’abécédaire …

A comme Amusement Ami Anagramme Accoudé Ardoise magique Angoisse
B comme Bord de fenêtre Bord du monde Beauté des mots Bob Bibliothèque Bourdon Balustrade
C Chambre à soi Covid19 Corona Crêpes Claustration Claquemuré Couleurs Caresse
D comme Douleur Dicton Désert Divertissement
E comme Ecrire Eau Enthousiaste Enfermement
F Comme Fenêtre Fille Femme Ferme Folie Fort Fin Fouiller
G comme Gamme Glissant Granulosité
H comme Horizon Hostaform Hélicoïdal Hors piste
I comme Ivan Inouï Influx Intégré Inédit Incinérés
J comme Je Jeu Jardin Jour Jurer
K comme K.O
L comme lettre, Lit Livres Lumière Lune
M comme Merci Méditerranée Monde
N comme Nuages Nourriture Nuit
O comme Observer Ornière Oeil Ondes
P comme Palindrome Poèmes Plages Parenthèses Paréidolies Partage Papier à lettres
Q comme Qui Quoi Que Quel Quand
R comme Reclus Rimbaud Robinson sur ton ile Rivages Regarder Ressentir Rêves
S comme Stylo rouge Suspendu Sol Seul Sourdine Suspend Serré Soi Solitude
T comme Tubulure Terne Terrible Tour Tourmenté T
U comme Uluberlu Unité morcelée
V comme Vertige Volets
W comme Water-closet
X Comme personne inconnu isolé Xylophone
Y comme Ysatis Y croire
Z comme Zinc de toit , Ze suis dingue de toi

A l’heure du repli nous prenons conscience du mot « liberté ».
Cogito cognitum … cognitus …cogitum ergo sum.
Ivan Oroc.

Ces jours qui sont à nous, si nous les déplions
Pour entendre leur chuchotante rêverie
Ah c’est à peine si nous les reconnaissons.
Quelqu’un nous a changé toute la broderie.
Jules Supervielle, extrait du recueil Le Forçat innocent

Une photo, accompagne ce courrier :

J’y vois un univers galactique ou bien sous-marin.
Si je ne savais pas me représenter un virus, il en aurait ces formes là :
De torpilles, de méduses cylindriques aux antennes boursoufflées.
En un déplacement aquatique, un son assourdissant dans un bleu froid épais et à la fois suspendu,
dans des profondeurs abyssales. Des tentacules aux extrémités rouges semblent tournoyer.
Au nombre de quatre sur cette photo, ces boules aux pics turgescents,
presque alignées nagent, insouciantes.

Ça m’évoque les musiques psychédéliques des années Pink Floyd, ou Tubular Bells, de Mike Oldfield, Musique de film …
https://www.youtube.com/watch?v=KXa...

Ah ! Les grandes années ! Etait-ce un indice supplémentaire pour me mettre sur la voie ?
De quelle voie justement parle-t-on ? Crie-t-on …Trie-t-on… Voix nominale
Tritons des mares démarre d’un coup coup de bambou bout de ficelle …
Sans selle, sans celle, celui qui attache fluide autonome.
Electron libre qui dégomme les Hommes.

Et pour finir, au dos de la photo, collée, une feuille de papier à lettres,
intitulée : les cinq commandements des Rastafaris :
- Les affamés doivent être nourris
- Les enfants, pris en charge
- Les plus âgés protégés
- Les malades soignés
- Les sans-abri abrités .

Stéphane

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0