Accueil > Les ateliers d’écriture > Le Grand Confinement > Printemps 2020, Chroniques

Printemps 2020, Chroniques

Dernier ajout : 3 mai.

  • Chronique de Laurence

    Dimanche 26 avril
    C’est un beau dimanche printanier, ensoleillé, même si le soleil joue à cache cache avec les nuages. La température agréable saccade sans cesse laissant la place au vent léger plus frais. Le gilet dans les bras s’enfile et se défile au rythme du temps qu’il fait.
    Des carrés de campagne jaunes, bruns ou verts se dessinent devant moi, loin. Tout près, des épines roses et blanches forment des triangles. Au centre d’un rond aménagé, le château d’eau où s’accroche au bout d’une hauteur (...)

  • Chronique de Stéphane

    Dimanche 26 avril 2020
    Du soleil et quelques nuages, annonce la météo. Petits coefficients des marées. Sainte Alida. Ce printemps toujours sur le fil d’avril, tisse des liens par les mots, un ton dessous, un ton dessus. On s’écrit davantage. Avec les anniversaires des filles d’avril, des enfants du printemps, Ma soeur ainée souffle ses bougies, aujourd’hui. Le fil du temps laisse des traces sur les joues de celles qui naissent dans les roses, la glycine, le lilas, ou les azalées mollis. C’est un (...)

  • Chronique d’Antoinette

    Dimanche 26 avril,
    Décidément, tout est étrange, étrange peut-être pas, disons particulier. Cet enfermement inédit et avril si beau, si tiède. Je regrette que mon bureau ne donne pas sur le jardin. J’aurais ouvert la fenêtre sur le lilas et l’arbre de Judée, sur le reposant camaïeu de leur rose-mauve entremêlé. Je le vois tout de même comme en filigrane tandis que je regarde la rue. Pas une âme dans le soleil de fin d’après-midi. C’est dimanche il faut dire, et le passage ici n’est pas celui de la (...)

  • Chronique de Françoise G.

    Dimanche 26 Avril 2020, 17h 52
    Le soleil de fin d’après midi rentre à flot par le Velux. On se croirait au mois de juin ou même en juillet. Il fait si bon au soleil. Des fleurs partout, rhododendrons, azalées. Les tulipes ont perdus leurs pétales et les jonquilles ne sont plus que des souvenirs. Les champs, les bosquets, les prés semblent endormis sous les gros nuages qui traversent mollement mon horizon. Le bruit régulier d’un ballon qui frappe le sol est entêtant, malvenu dans ce dimanche (...)

  • Chronique de Françoise P.

    Le 27 tôt 6h35 le matin
    Des chants d’oiseaux. La brume par la fenêtre et quatre petites têtes perchées, coiffées d’un chapeau viennent d’éteindre leur bobine. Les réverbères se sont endormis. Et le premier passant. Quatre roues. Plein feu sur le bitume. Vient fendre le décor. Un second dans l’autre sens. Pas eu le temps d’en voir plus. Ça faisait longtemps. Un merle probablement. Un peu loin pour en être sûr. Il volait sur fond de granit. Puis à disparu dans la brume. Il repasse. À fond les ballons. Les (...)

0 | 5

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0