Accueil > Les ateliers d’écriture > Travaux d’ateliers > Week-ends d’écriture > Week-end Marie-Hélène Lafon, 16 et 17 janvier 2016

Week-end Marie-Hélène Lafon, 16 et 17 janvier 2016

Dernier ajout : 9 février 2016.

  • Tout fait ventre et signe et piste...

    Tout fait ventre et piste et signe , le monde est inépuisable. Un chien, un chien peut suffire, suffit, surtout un chien qui s’appelle Oscar. Un chien s’est appelé Oscar dans ma vie, comme dans de très nombreuses vies ; un Oscar fait forcément motif et récit ; le récit prolifère dans le sillage d’un Oscar. Cet Oscar apparaît en très grand format, je le vois placardé dans les couloirs du métro parisien et sur les bus le mardi 24 juin 2014. C’est un chien noir et blanc, l’œil petit, vif et brun, le pelage (...)

  • Je connais...

    On sait des noms, ceux des fermes et des hameaux d’où viennent les autres enfants de l’école ; on dit Soulages, la Devèze, L’estuade, Lavaux, Maillargues ; on dit Lemmet, Fraigefond, Sourzat, Malbet, Cuzol.
    Je quitte la maison et je vais à pied, autour, dans des endroits lancinants, toujours les mêmes, le pré de l’arbre, le bois de Combes, le moulin, la montagne, le triangle, la plage du sang, le pont bossu, la Californie, la Bussinie, Chamizelle, la vanne, la clairière suspendue.
    Je suis née dans (...)

  • Lecture à voix haute

    Je ne sais rien faire d’autre pour ajuster le tir verbal que dire et lire à voix haute, recommencer, relire et redire, et donc émettre le texte par le corps, avec lui, soumettre le texte au risque de l’air, de sa densité, le tendre, le pousser, l’ériger, le respirer, le humer, l’expectorer. Il faudrait écrire extrailler qui serait tellement meilleur qu’extraire parce qu’il dirait aussi les entrailles, les entrailles susmentionnées, les mariales et les autres, les miennes aussi, d’où ça sort et d’où (...)

  • Il s’agit de...

    Il s’agit de lire Marie-Hélène Lafon pendant trente minutes, d’échanger à partir de cette première lecture, puis d’entendre la lecture à voix haute d’un texte de l’auteur qui évoque sa première lecture de Claude Simon, avant soi-même d’écrire un texte, commençant par Il s’agit et relatant son expérience de lecteur.
    Texte de Marie-Hélène Lafon : (début, extrait de Avançons dans Chantiers)
    Première image, première date, 1985, c’est du cheval, un morceau de cheval dans la nuit mouillée, de la matière et du temps. (...)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0