Accueil > Autour des livres. > Le café de Paris (LGL) > LGL du Café de Paris, 13 décembre 2018

LGL du Café de Paris, 13 décembre 2018

jeudi 3 janvier 2019, par Jacqueline

LGL du Café de Paris
Jeudi 13 décembre 2018
19 heures

Dernier jeudi du dernier mois de l’année 2018. Une année de 13 lunes. Treize pleines lunes. On dit que celle de décembre est de chêne, que c’est une lune froide ou que c’est une lune des longues nuits. Là n’est pas le sujet, penserez-vous ! Mais si, mais si ! Tout est lié et tout naturellement la lune de chêne appelle à l’espoir de la lumière qui reviendra et avec elle d’autres deuxièmes jeudis du mois, d’autres lectures-passion à foison, d’autres rencontres inattendues ou organisées, d’autres Tucs dans leur porcelaine de Saxe, d’autres verres de Jurançon bien frais ou de galopins de bière blanche fruitée ou de lettres d’Amélie Nothomb !

Tout est lié disais-je. Jacinthe, Antoinette, Stéphane, Françoise, Sarah, Roselyne, Geneviève et moi en ronde, point du tout monotone, dans la salle du bas du bar d’en haut.

Les livres suivent la ronde de nos prénoms. D’une main à une autre main, celui de Marie Rouanet, Douze petits mois, entre le jour de Noël et l’Epiphanie. Douze jours différents des autres pour aller à l’essentiel, oublier le futile, retrouver une identité. Celui de Julie Estève, Simple, dont nous avons parlé la dernière fois.

Celui de Roland C Wagner, Rêves de gloire, une uchronie. Si De Gaulle était mort en 1960 dans sa DS au moment des attentats du Petit Clamart, qu’en aurait-il été des « Evènements  » algériens ?

Ceux de Jeanne Benameur en littérature jeunesse, ça t’apprendra à vivre, La Boutique jaune, Si même les arbres meurent...

Celui de Clara Dupont-Monod, La Révolte, dans lequel ce qui touche à Aliénor d’Aquitaine est solennel .

Et ... On l’a vue, de nos yeux vue, l’époustouflante lettre d’Amélie Nothomb, écrite de sa main et arrivée jusqu’à Stéphane à cause de son prénom épicène. Quelle écriture pleine d’envolées énergiques, fantaisistes et spontanées ! Elles laissent à penser que son look gothique noir-noir et son rouge à lèvres rouge-rouge et ses chapeaux larges-larges ne marchent qu’avec son image médiatique. Derrière cette « elle » là, une autre « elle » apparaît trahie par ses graphies manuscrites. N’est-ce pas Sarah !

Au jeudi 10 janvier. Même endroit, même heure. D’ici là, Belles lectures.

Si toutes les filles du Monde voulaient se donner la main
Si tous les gars du Monde voulaient se donner la main
Alors on pourrait faire une ronde, une ronde autour du monde !

Happy Christmas and a peaceful New Year !

JM

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0