Accueil > Les ateliers d’écriture > Travaux d’ateliers > Ateliers réguliers 2016-2017 > 05 atelier du 11 mars

05 atelier du 11 mars

Dernier ajout : 15 avril 2017.

  • Texte de Jacqueline M

    Atelier du 11 mars 2016. Les Urbanistes. Roselyne. Les mégalopoles.
    Lecture d’un passage de Millénium et de Bleu comme une orange.
    Créer en quelques lignes un personnage. En faire le portrait.Le nommer.
    « Elle s’appelait Odile. Elle était grande, fine, élancée. Ses cheveux longs et châtains retombaient en boucles sur ses épaules. Elle avait le chic pour se coiffer comme Brigitte Bardot. Des « accroche coeur » encadraient son visage mutin parsemé de taches de rousseur. Elle portait une blouse bleu (...)

  • Texte de Jacqueline R

    Grand, le teint uniformément bronzé, Faber occupe l’espace avec aisance et discrétion. Sa voix calme et mélodieuse, son sourire discret font merveille dans le poste de police. Les loubards les plus teigneux tombent malgré eux sous le charme. Seule une certaine fixité du regard indique qu’on a affaire à un robot humanoïde du type Asimov 5, le modèle qui reste le plus coté malgré ses 340 ans.
    Faber patrouille dans les rues désertes. Une partie de lui veille à l’ordre et à la sécurité, l’autre partie, (...)

  • Texte de Roselyne

    Mégapole La jeune femme est assise bien droite au centre de la frêle embarcation, ses longs cheveux argentés enveloppent ses épaules comme une écharpe, ses bras musclés tiennent fermement les rames, elles s’enfoncent sans même un clapotis dans l’eau sombre. Tout est silence autour d’eux, juste de temps en temps un cri aigu, un animal sans doute, rampant ou volant elle ne sait pas. Bientôt le crépuscule sera là mais la chaleur pèse encore et son débardeur en PVC mandarine lui colle à la peau. Elle longe (...)

  • Texte de Philippe

    le cable ou plutôt son reflet est parfaitement visible quand il sort de l’ombre. il ne fait qu’une dizaine de centimètres de diamètre mais ses fibres en Araknon sont extraordinairement réfléchissantes. c’est une zébrure entre la terre et l’interlune IL1. paul s’appuie au parapet du clocher de saint léonard . plus loin le reflet se perd dans la nuit de l’espace, bien avant d’atteindre IL2. La navette apparait, Paul pense toujours à une gélule de Fodeche quand il voit cette forme tubulaire arrondie aux (...)

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0