Accueil > Autour des livres. > Le café de Paris (LGL)

Le café de Paris (LGL)

Dernier ajout : 19 novembre.

Tous les deuxième jeudi du mois, au Café de Paris, place Aristide Briand à Fougères, à 19h, rendez-vous autour de « Coups de cœur pour des livres ». Ouvert à tous.

  • LGL du 14 Avril au Café de Paris

    Allez tous dans le coffre de sa voiture. C’est là que vous allez les trouver ses très jolis petits livres entièrement réalisés par lui-même du début à la fin, de la rédaction à l’édition en passant par une illustration fine et délicate. Un délicieux travail d’artiste qui nous amène à une réflexion sur le JEU. Sur les enjeux des jeux dits de société , les attentes des joueurs , hors écrans, avec des dés, en récréations enfantines, en addiction, en paris irrationnels...On y rencontre Tolstoï et Dostoïewski...et les joueurs de mots, Prévert et Queneau... Allez-y, vous dis-je, vers ce coffre de voiture. Franck Collin y cache un trésor ciselé, orné d’un filet bleu, ou vert ou rouge.

  • LGL du 10 mars 2016 au Café de Paris

    Après une escapade à la Tête Noire, le mois dernier, nous retrouvons notre PC au Café de Paris, requinqué du sol au plafond. Le sous-sol a pris des airs de Pub Anglais digne du Henry’s Cafe Bar de Picadilly. Une visite complète des lieux s’ impose : le look des toilettes mérite détour. Un autre monde. Une jeune serveuse enjouée, pétaradante et bondissante zébulonne dans l’escalier bières de printemps, Jurançon,Grave ou Perrier-citron en équilibre sur son plateau. Joie de vivre rafraîchissante.Retour ligne automatique

  • LGL du 11 février 2016

    Si vous vous attendiez à ce que j’ajoute : « au Café de Paris » vous avez perdu ! Retour ligne automatique
    Ce soir-là, mes Bonnes et mes Bons, nous tînmes salon, je vous le donne en cent, je vous le donne en mille, ce soir-là donc, nous tînmes nos salons littéraires dans ceux du Café de la Tête Noire ! Retour ligne automatique
    A quelques mètres de notre PC habituel tout en travaux de rénovation.

  • LGL du 14 janvier 2016 au Café de Paris

    On n’a pas pensé à ça. On n’a pas vu s’ouvrir le boulevard, pas réfléchi à la rentabilité, pas vu le perroquet clin d’oeuil à Flaubert. On est resté dans l’écriture-portrait, ciselée, modelée, tamisée, laissée de coté comme la pâte à crêpes dans un coin de la cuisine pour qu’elle repose, puis démêlée, retravaillée, retamisée, affinée comme la terre des taupinières jusqu’à l’extraction de sa substantifique moëlle. On l’a pris comme ça, d’un bloc en plein dans l’affectif de sa ruralité, le Joseph de Marie-Hélène Lafon. Retour ligne automatique
    On a écouté les mots de Marie-Anne sur la lecture, avec intérêt et attention. Il nous ont sortis de notre ronronnement.

  • LGL du Café de Paris, jeudi 10 décembre 2015

    Les échanges "Autour des livres" au Café de Paris fidèlement retranscrit par Jacqueline M.

0 | 5 | 10 | 15 | 20 | 25 | 30 | 35 | 40 | 45

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0