Accueil > Les ateliers d’écriture > "Salon du Livre Jeunesse" > Ouvre une porte et découvre un secret, un mystère...

Ouvre une porte et découvre un secret, un mystère...

mercredi 28 novembre 2012, par Frédérique

Le mystère de l’escalier

Parfois, sous les escaliers, on trouve une petite porte blanche fermée à clef. Une fois, j’ai dérobé la clé. Elle était cachée sous un oreiller. Je suis descendue, j’ai ouvert la porte, et j’ai trouvé… un autre escalier. Déçue, j’ai refermé la petite porte blanche et je suis allée me coucher. Mais, pendant la nuit, j’ai entendu des bruits bizarres. On aurait dit des murmures. J’ai descendu les escaliers. Pas de doute c’étaient des chuchotements. Ils venaient de la petite porte blanche que j’avais mal refermée. J’ai monté l’escalier de la porte blanche. Il s’arrêtait à la 26e marche. Au bout j’ai trouvé une enveloppe, je l’ai ouverte, et j’ai entendu les murmures. C’étaient des secrets des mystères qu’on avait entassés et comme j’avais mal refermé la porte, ils s’étaient propagés dans toute la maison. Je les ai tous rassemblés, puis j’ai refermé la porte blanche…
Chloé (9 ans)

Le secret de l’arbre

J’ai un secret, caché au plus profond de moi, dans mes rêves. Il s’agit d’un arbre. Je monte dans cet arbre onirique et lui et moi ne faisons qu’un. Grâce à lui, je m’envole loin, très loin… Cet arbre me raconte les histoires du monde, des histoires inconnues des historiens, des récits des grands mystères de l’humanité. Cet arbre me transporte sur le continent Mu, rasé il y a des millénaires par une météorite qui modifia l’axe de la terre et créa la lune. Mais cela détruisit le continent et ses habitants dont la science était si développée. Il me narre des anecdotes sur la construction de la grande pyramide de Khéops, sur les aventures d’Ulysse… Grâce à lui, j’apprends en moi.
Il m’a fait jurer de garder ses histoires pour moi mais il m’a autorisé à vous indiquer le chemin menant à lui :
Etre du chaos,
Tu viens du néant, tu retourneras au néant
En suivant le fleuve de l’imaginaire,
Tu planteras sept graines
Sept lumières qui donneront naissance
A la connaissance
En retournant sur ses pas,
Les connaissances cachées se révèleront en toi.
Quentin (13 ans)

Mes rêves sont des secrets

Ce que j’aime faire, moi, c’est dormir dans la nature, m’envoler dans mes rêves.
Hier j’ai rêvé de fées. Elles étaient des milliers, des milliers…
Il y en avait qui étaient habillées en vert, d’autres en rose…
Il y en avait qui fabriquaient des objets révolutionnaires, d’autres qui soignaient les animaux…
Elles habitaient dans le monde féerique.
Dans le monde féerique il y a quatre régions : la région du printemps, la région de l’été, la région de l’automne, la région de l’hiver.
Elles habitaient toutes dans la même région et changeaient de région tous les ans.
Alice ( 10 ans)

Un secret digne d’une rose

Rosa, garde un secret, mais ce secret est tellement délicat, qu’elle ne peut le confier à personne. Rosa le garde pour elle. Trois ans plus tard, ce secret est trop dur à porter. Elle doit le dire… Rosa veut qu’il le sache. « De toute façon, il faut bien lui dire un jour » n’arrête-t-elle pas de se répéter. Dans son jardin, il y a un magnifique champ de roses. Elle cueille la plus belle qu’elle trouve, prend un papier de la couleur de cette rose, et écrit de sa plus belle écriture : son secret. Délicatement, elle glisse le papier dans la rose. Et voilà, son œuvre est prête. Demain, il fera beau, et elle lui donnera sa belle rose.
Le lendemain matin, son secret était partagé.
Mais trois jours plus tard, il mourra d’une maladie très douloureuse.
Rosa en meurt de tristesse…
Hannah (11 ans)

Quand j’ouvre la porte de cet appartement, je vois un vieil homme. Un vieil homme comme il y en a tant à Paris. Pourtant, ce parisien n’est pas comme les autres. Cet homme collectionne les chaises, et en ramène une chaque soir dans son appartement. Pourtant il vit seul et dispose déjà de 368 chaises. Mais cette histoire n’est pas là pour prouver sa stupidité, mais pour dire que cet homme trouve à chaque chaise une différence par rapport aux autres. Pourtant, ce sont toutes des chaises et elles se fondent dans le décor de l’habitation remplie de sièges. Donc, toutes les chaises sont différentes. Mais ce sont tous des chaises.
Personne n’est comme tout le monde, et c’est le secret de cet homme.
Arthur (12 ans)

Le secret du nuage

J’ai un secret, il s’agit d’une personne qui se ressent comme moi, car à chaque fois que je pose mes fesses sur un arrosoir, je ressens comme si j’étais sur un nuage, cet aspect paradis me ravit, c’est magique et en plus le bout de l’arrosoir fait tomber de l’eau comme de la pluie. L’eau gazeuse pétille comme des billes, un oiseau volant est le personnage de mon secret, en faisant des bruits majestueux et en finesse, on les caresse. Enfermé dans sa maison blanche, il se repose sur son arrosoir. L’esprit vite, les yeux fermés, le ventre creux, il pense à moi comme je pense à lui.
Florentin (11 ans et demi)

Le secret de la lettre

Une porte, une boîte aux lettres, une lettre postée, un escalier, quel est ce secret, ce mystère ? Dans cette lettre, il y a un secret, mais je ne le dirai pas puisque c’est un secret. Cette lettre a été postée par un homme, un inconnu. En haut de cet escalier, quelqu’un habite, une femme. Cette boîte aux lettres, cette porte, cet escalier, sont à elle, et cette lettre, pour elle. Vous vous doutez sûrement de quoi parle cette lettre maintenant, mais ne le dites pas, c’est un secret.
Robin (11 ans)

La lettre destinée

Une lettre passe par la boîte aux lettres, je vais la chercher, elle s’échappe et se pose plus loin au bas des marches. Je vais la chercher, elle s’envole et monte des marches. C’est une « lettre destinée ». Une lettre qui ne peut s’ouvrir que par la personne désignée. Ces lettres sont secrètes. Elles sont magiques. C’est l’état qui les envoie le plus souvent pour des opérations ultra secrètes, ou pour des recrutements. Si je veux savoir à qui elle est destinée, je devrai la suivre.
Matteo (11 ans)

La lettre des souhaits

Un matin d’été, je me levai comme d’habitude, en courant dans les escaliers. Soudain, je vis une lettre qui avait dû être glissée sous la porte. Curieuse, je me dirigeai vers cette lettre mystérieuse. (J’étais seule car mes parents rentrent toujours tard et partent tôt). Je tendis la main pour la saisir quand je vis écrit dessus :
« A ouvrir avec précaution »
Je pris l’enveloppe doucement et la posai sur la table. Je me dis que je l’ouvrirais après avoir mangé. C’est ce que je fis. Sur la lettre, il y avait écrit :
« Voici le début d’une énigme à résoudre :
Le soleil se couchera la lune apparaîtra entièrement sur la plus haute dune de sable, tu trouveras…
Suite dans les prochaines lettres.
Et une personne qui te veut du bien.
Et s’était signé : anonyme »
Je réfléchis à ce que ça voulait dire et je réussis à traduire :
« Au coucher du soleil, le jour de la pleine lune, sur la plus grande dune de la plage tu trouveras. »
Je partis donc sur la plage et cherchai la plus grande dune. Je la trouvai et me rappelai que les marins du coin l’appelaient : la dune des souhaits.
Pourquoi ? J’allai directement sur le port questionner les marins. Ils me répondirent :
-  Il y a bien longtemps, un vieux marin était allé dessus au coucher du soleil, le jour de la pleine lune et il avait demandé à la lune de le rendre riche. Alors la lune fit sortir de la dune un coffre plus grand qu’un éléphant plein de pièces d’or. Il avait aussi demandé d’être rendu jeune et éternel et il est toujours jeune et éternel, il est en train de parcourir le monde. On dit aussi que le marin avait eu deux lettres avant et c’est tout ce que je sais.
-  Merci beaucoup
Il faisait nuit, je rentrai la maison et vit une deuxième lettre, je ne l’ouvris même pas car je connaissais la fin de l’histoire.
Le lendemain c’était la pleine lune. Je demanderais à voir mes parents plus souvent.
Le lendemain je le demandai à la lune et vis tout de suite mes parents quand je suis rentrée chez moi et à chaque fois ils allaient travailler la nuit. Et je les voyais la journée. Et j’étais heureuse.
Lucile (11 ans)

La lettre

Elle était montée faire ses valises, puis redescendue, et elle était partie. Eh oui, déjà, Sarah avait vingt ans, l’âge de partir de la maison.
Elle avait réussi ses études, elle avait fait un bac + neuf, et était devenue médecin. Un jour, elle m’avait dit : « Quand je serai grande, je serai médecin, parce que moi, je n’ai jamais été malade, alors je n’aurai pas besoin de me soigner, c’est trop dur tout seul. »
Voilà déjà cinq ans que Sarah est partie, me disais –je et elle ne m’a jamais donné de nouvelles.

Pourtant le lendemain, je reçus une lettre, une lettre inhabituelle qui ne présageait rien de bon. Elle était fermée avec une étiquette qui portait une tête de mort. Je l’ouvris et la lus :
« Chère Madame,
J’ai votre fille, si vous voulez qu’il ne lui arrive rien, venez avec 150 000 €, au port.
Capitaine de la broche… »
Joséphine (10 ans)

Un homme est monté et a fait tomber une enveloppe et dans l’enveloppe il y a un code qui sert à ouvrir une cachette secrète où il y a plein de secrets dedans. Seul un enfant connaît tous les codes. Cette lettre était pour une personne et cette personne c’est son meilleur copain qui habite très loin. Il devait l’envoyer par la poste mais comme il l’a fait tomber, il n’a pas pu l’envoyer. Alors il décide d’en écrire une autre et de lui apporter lui-même et son meilleur ami la eue.
Enora (9 ans)

L’agréable secret de Rebbeca

Ce matin Rebbeca va à l’école comme tous les matins. Dans la cour, on parle du contrôle de math qui se passera dans une demi-heure. Soudain, que voit Rebbeca par terre ? Un magnifique crayon rose et jaune. Rebbeca le ramasse. Arrivée dans la classe, Rebbeca se place à sa table. Le professeur dit : « Le programme du contrôle se compose de … six calculs à effectuer, deux petits problèmes et trois exercices de numération. Tout le monde a compris ? »
-  Ouiii ! crie la classe.
Rebbecca le réussit parfaitement. A la fin du contrôle, elle va en récréation. Elle parle à son amie Lina. Après c’est le cours de français. En entrant dans la classe, elle se rappelle qu’elle a trouvé un crayon très beau. La maîtresse leur dit qu’il faut écrire un texte sur une chose qu’on voudrait que ça existe. Ça doit être imaginaire. Rebbeca écrit. Maintenant elle lit son texte. Elle voudrait… un crayon magique. Soudain le crayon qu’elle a trouvé s’illumine. Il devient magique. Le soir, en rentrant chez elle, Rebbeca monte sur une chaise et réfléchit à ce qui lui arrive. Elle peut obtenir ce qu’elle veut. Elle lève les bras et pense : « C’est moi la reine. Même si ce n’est pas vrai. » Elle ne peut le dire à personne.
Charline (11 ans)

Le secret des coulisses du spectacle

Il rêvait être comédien, il se maquillait souvent, se déguisait, faisait rire tout le monde mais malgré toutes ses qualités il avait un très gros défaut : il était atteint d’hypersensibilité.
Ce problème lui bloquait son avenir d’artiste. Un jour il découvrit un monde parallèle au nôtre, mais là-bas les problèmes n’existaient pas. Tout le monde était joyeux, tout le monde riait. Il se dit que dans ce monde il pouvait être un artiste mondialement connu. Il essaya, un soir, au théâtre le plus connu de ce monde. Il ne s’attendait pas à un succès pareil, tout le monde l’encourageait, tout le monde lui lançait des roses. Il resta dans ce monde qu’il adorait où tout lui paraissait bien. Son problème d’hypersensibilité fut levé dans ce monde, il trouva une belle et ils eurent beaucoup d’enfants. Et son rêve devint réalité.
Benjamin ( 12 ans)

Le vieux Bec-Rouge était pasteur. Chaque soir et chaque matin il installait ses chaises rouge sang, pour les paroissiens qui venaient prier. Les autres, il ne les aimait pas pas, surtout ceux qui ne venaient plus. Ceux-là il les faisait venir, les ligotait sur les chaises blanches. L’opération durait vingt minutes.
Le vieux Bec-Rouge ramassa ses chaises rouge sang et les rangea dans la réserve, il ne restait plus qu’une seule chaise blanche, celle-là était pour Mme Michou.
Violette (14 ans)

Les oiseaux amoureux

Des oiseaux s’embrassent dans la forêt. La fille est dehors et le garçon à l’intérieur. La fille est dans la forêt et le garçon à la fenêtre de sa cuisine. Ils se disent, je t’aime mon amour. Ça se passe la nuit. Il va peut-être lui demande d’aller chez lui. Et il lui fait un dessin comme ceci : un cœur barré d’une flèche. Ils vont vivre heureux jusqu’au bout de leur vie et ils auront beaucoup d’enfants. Et ce sont des oiseaux.
Clara (10 ans)

Il était une fois, une femme qui s’appelait Gladys, et malheureusement elle n’avait pas d’enfants. Et elle alla dans la forêt pour habiter. Le jour, comme elle était fatiguée, elle s’endormit sur une chaise dans la forêt et rêva qu’elle avait plein d’enfants.
Chloé (9 ans)

L’histoire parle d’un canard qui cache ses secrets dans un arrosoir et tous les jours il va voir s’ils sont toujours là. Et il cache des secrets avec ses amis Louan la tortue et Evan le cochon.
Evan (9 ans)

La dame au linge blanc

Il était une fois, une jeune femme surnommée Dame au linge blanc. On la surnommait ainsi car on la voyait toujours étendre son linge. Tous les matins, c’était le même rituel, elle avait une chaise, c’était la chaise où s’asseyait son mari qui mourut d’une grave maladie. Depuis sa mort, elle étendait toujours du linge blanc car son mari en portait souvent. C’était pour se rappeler les jours heureux qu’elle avait passés avec lui mais elle ne se décourageait pas. Elle se disait qu’elle avait la vie devant elle. Puis un jour elle rencontra un homme charmant. Puis ils se marièrent et tous ses jours heureux passés avec son premier mari revinrent.
Enola (12 ans)

Il était une fois deux bonhommes qui se disputaient juste pour un poisson à manger. Et des choses volaient au dessus des bonhomme, c’étaient des assiettes, des fourchettes et des cuillères. Les assiettes et les couverts s’envolèrent jusqu’à la mer. Et les bonhomme étaient très très en colère. Et un des deux a réussi à avoir le poisson pour lui.
Lou (8 ans et demi)

Il était une fois une famille : le père Evan et la mère Marine et leurs enfants Fabian et Enola. Le caractère de Fabian était un très mauvais garçon. Enola était très gentille. Un jour, Evan et Marine dormaient, Enola était en train de lire. Fabian se lève. Les deux poissons rouges sont dans l’aquarium. Il prend de la ficelle et les attache. Et après il les lance par la fenêtre et ils s’écrasèrent par terre.
Louan (9 ans)

Le secret de Fanny

Mon prénom est Flora, ma sœur est Fanny, elle a failli me dire son secret. Moi, je ne savais pas qu’elle en avait un, donc je lui ai dit :
-  Toi, un secret, non tu blagues ! Ha, ha !!!!
-  Oui, pourquoi ? ça t’étonne ? dit Fanny, tout le monde en a un, non ?
-  Non pas moins, conteste Flora
-  Toi tu n’en as pas ?
-  Je ne te crois pas
-  Si c’est vrai.
Enfin, elle ne m’a pas dit son secret, pourtant elle allait me le dire quand :
-  Fanny, viens me ranger tes affaires sur la table de la cuisine immédiatement.
Perrine (9 ans)

Il était une fois un monsieur. Ce monsieur s’appelait monsieur Pouce parce qu’il ressemblait à un pouce. Un jour vers midi, il se rendit compte qu’il avait faim. Alors il alla au marché. Et une fois au marché, surprise : il n’avait plus son portefeuille. Alors il retourna chez lui et prit son portefeuille. Il retourna au marché d’un pas décidé. Il alla chez un marchand et demanda des salades. A lors monsieur Pouce prit son portefeuille et l’ouvrit, mais surprise : il n’avait plus d’argent. Alors il retourna chez lui, prit de l’argent et retourna au marché et redemanda de la salade. Mais surprise : il n’a pas assez d’argent. Alors il retourna chez lui et prit de l’argent. Il retourna au marché sûr de lui. Il demanda de la salade, le marchand lui en donna mais monsieur Pouce se rendit compte qu’il n’avait plus faim. Alors il retourna chez lui et se tourna les pouces. Mais comme il était très fatigué, il décida de faire une sieste et dormit toute la journée.
Fabian (12 ans )

Les oiseaux

Il était une fois un arbre qui faisait 70 mètres de hauteur. Au bout de l’arbre, il y avait une maison. Donc des oiseaux habitaient ici. La maman et son mari s’aimaient énormément. Je veux plutôt dire que cette dame allait à la maternité une semaine après. Leur enfant était une fille qui s’appelait Marguerite. Elle était à l’école une semaine plus tard. La maman oiseau et le papa oiseau et la fille oiseau vécurent heureux jusqu’à la fin des temps.
Maël (9 ans et demi)

Elle pense à quelque chose quand la théière fume. Elle se met en hauteur pour sentir les bonnes odeurs de thé et des petits gâteaux au chocolat.
Romane (11 ans)

La nuit de Bob et Betty

Je vois des oiseaux cachés au fin fond de la forêt. Ils s’appelaient Betty et Bob. Bob montra à Betty son nouvel arrosoir. Ensuite ils regardèrent les étoiles dans le ciel sans nuage. Ensuite Bob et Betty se dirent au revoir et partirent chacun de leur côté.
Matéo (11 ans)

Il était une fois un secret. Un secret bien gardé au fond d’une armoire. Derrière des vêtements. Enfoui sous une pile de livres. Des livres de contes de fées, de sorcières et de monstres. Un secret, dont personne ne se souciait, jusqu’au jour où maman décida de ranger cette armoire : de faire du tri dans les vêtements et de changer mes livres de place. Il me fallait une idée de cachette au plus vite. Elle ne devait pas être au courant de ce secret. Un secret si précieux que personne ne devait le découvrir. Seuls quelques amis étaient au courant. Ils avaient promis de ne rien répéter bien sûr. Pendant des heures, je cherchai des idées pour garder un secret comme celui-là. Et puis pour finir je trouvai une cachette extraordinaire pour un secret extraordinaire. Bien caché, un endroit où maman n’irait pas ranger, ni balayer ou passer l’aspirateur. Un endroit qu’elle connaissait mais où elle n’allait pas souvent. Je descendis au garage, je pris une pelle et je remontai chercher le secret dans l’armoire. Je mis mon manteau et sortis dehors. Il faisait froid mais mon secret n’avait pas de prix. Je marchai jusqu’à une petite forêt qu’il y avait à côté de chez moi. Et je me mis à creuser le sol très profondément. J’enfouis mon secret au fond du trou et je rebouchai cet énorme trou. Ni vu ni connu, je rentrais chez moi, enlevai mon manteau et remontai dans ma chambre. J’avais eu chaud, maman venait de ranger l’armoire. Le soir même, je m’endormis contente d’avoir trouvé cette idée exceptionnelle. Le lendemain je pris un arrosoir et allai arroser mon secret. La plupart des gens arrosent des plantes et moi j’avais décidé d’arroser… mon secret. Je voulais faire pousser une jolie plante que personne n’aurait jamais vue. Chaque jour j’allai arroser mon secret. Des fois des copines qui connaissaient le secret m’accompagnaient. Elles trouvaient que c’était une bonne cachette à secret et avaient fait la même chose avec leurs secrets. Au bout de quelques semaines on voyait que les fleurs commençaient à pousser et au bout de plusieurs mois, j’avais commencé à enterrer plusieurs secrets. Plus tard beaucoup de fleurs avaient poussé, c’était comme un magnifique jardin avec beaucoup d’arbres. Nos fleurs étaient magnifiques. J’étais très contente de mon idée. Maman, et personne d’autre, ne découvrirait mes secrets.
Marion (12 ans)

Il était une fois deux oies qui discutaient de leur secret.
La première oie disait que son secret était la rose, quant à la deuxième elle ne comprenait pas pourquoi la rose était le secret de son amie.
Le secret de l’autre oie était qu’elle aimait quelqu’un mais elle ne voulait le dire à personne même pas à son amie.
La première oie dit pourquoi son secret était là rose. Son secret est la rose car chez elle c’est une tradition, tout le monde avait le même secret : la rose.
La première oie essaya de faire parler son amie à propos de son secret. Puis à un moment la deuxième oie avoua son secret. Elle raconta à son amie qu’elle était amoureuse du fils du boulanger. La première oie surprise lui dit : « Pourquoi ne m’en as-tu jamais parlé ? » L’autre répondit : « J’avais peur que tu te moques. » La première oie lui dit qu’elle ne serait jamais moquée d’elle.
Puis la discussion se termina et les deux oies rentrèrent chez elle.
Yann (11 ans)

La maison mystérieuse.

Il était une fois, une ville prénommée Ranné, cette ville était une ville mystérieuse où il y avait une maison, c était elle la maison mystérieuse. Dans cette maison vivait une vieille dame avec sa fille qui se nommait Léna. Léna et sa mère étaient enfermées dans la maison par un sorcier (Dakar). Dakar était méchant et égoïste. Il savait que Léna était une elfe mais Léna ne le savait pas. Un jour dans le monde réel une jeune fille nommée Léa était une elfe mais elle ne le savait pas et elle était petite à l’époque où Dakar avait enlevé Léna (la sœur de Léa). Léa était trop petite pour montrer ses pouvoirs. Après les cours, Léa avait vu un mot par terre, elle le lut et comprit qu’elle était une elfe et elle partit à l’aventure par un portail secret pour sauver sa sœur Lena. Elle ne le savait pas mais elle était l’elfe du monde et partit pour l’aventure…
Yanaëlle (11 ans)

Le petit canard malade

Il était une fois, un petit canard qui jusqu’à ce jour là n’était jamais tombé malade malgré son très jeune âge.
Le jour, il alla ramasser des champignons pour faire plaisir à sa maman. Une fois revenu, il les cuisina dans un bouillon qu’il avait préparé avant sa récolte. Trois heures après, le canard et sa maman se mirent à table. Le lendemain matin, le canard était très malade : il avait de la fièvre, il avait mal à la tête et mal au ventre. Sa mère, affolée, partit le jour même au village voisin, qui était à deux jours de chez eux, pour trouver des médicaments. Pendant sa route, la maman était très inquiète. Quatre jours après, la mère revint chez elle, et donna les médicaments au petit canard. Depuis ce jour, le petit canard n’est jamais retourné à la récolte aux champignons.
Lena ( 11 ans)

Savoir confier ses secrets

Confier mes secrets à quelqu’un mais à qui ?, pensa soudain une cigogne.
Alors elle eut une idée, elle monta sur une chaise, puis dit ses secrets tout fort dans sa maison. Puis elle changea de lieu, elle les disait partout : dans son jardin, aux nuages, à toutes sortes de choses. Puis un jour un des nuages à qui elle avait confié ses secrets pleurait et ses larmes tombèrent dans une balayette. Mais elle jeta les pleurs du nuage à la poubelle…
Manon (9 ans et demi)

Le secret de Nadia

Je m’appelle Louise. A la rentrée des classes, la maîtresse nous a présenté une fille d’origine africaine. Elle s’appelle Nadia.
La maîtresse avait dit :
-  Nadia est venue de Bretagne, et par hasard nous allons en classe découverte là-bas.
Maintenant nous y sommes. Moi et mes copines étions en train de parler quand Nadia sortait ses bagages (nous étions dans le même dortoir). Elle était bonne à l’école et en sport et nous dépassait d’une tête. Un jour, nous devions écrire une lettre à nos parents, Jérémy qui était à court d’idées essayait de regarder le livre que lisait Nadia. Il vit une image. Sa tentation fut trop forte, il la prit.
-  Euh ! La vieille bique dit-il.
Il fit passer l’image, quand je la rendis à Nadia elle l’a prit en pleurant.
Le lendemain, nous allâmes nous promener. Bastian qui voulait faire tout comme Nadia alla encourager ceux qui faisaient des courses dans la mer. Tout à coup il glissa, s’accrocha au collier de Nadia (une simple ficelle avec une clé), il ne glissa pas mais la ficelle tomba. Nadia reprit la ficelle et s’enfuit. Moi, je la poursuivis. Elle alla dans une petite maison. J’ouvris la porte puis je dis :
-  Je sais que tu es là !
Nadia apparut. Elle me dit :
-  C’est la maison de ma grand-mère adoptive, à la fin elle fut morte. J’étais triste alors je suis venue ici.
Nous retournons à l’école et Nadia m’a livré son secret.
Elle est heureuse car elle sait qu’elle a une amie, une amie pour la vie.
Lisa (9 ans et demi)

Les photos sont de Stéphane Mahéo

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0