Accueil > Autour des livres. > Le café de Paris (LGL) > LGL du Café de Paris du 12 avril 2018

LGL du Café de Paris du 12 avril 2018

lundi 16 avril 2018, par webmestre

19 h : ça commence comme ça

« ça vaut mieux que d’attraper la scarlatine
ça vaut mieux que d’avaler d’la mort aux rats
ça vaut mieux que de sucer d’la naphtaline
ça vaut mieux que d’faire le zouave au pont d’l’Alma ! »

Si ! Je vous le donne en cent, je vous le donne en mille, comme dirait la Marquise, c’est Françoise qui entonne la chanson ! Tout cela parce que Geneviève évoque un retour de la maladie scarlatine, que je dis qu’il y a une chanson qui… et Françoise de chanter, fort bien, ces paroles de Ray Ventura sorties en 1936 . C’est ça le patrimoine culturel fondamental, celui qui fait du bien qui embarque vers la bonne humeur et la joie de vivre des moments partagés inoubliables !!!!

Après cette jolie mise en condition, les livres : Les ailes de la reine de Vaciny Laredj, éditions Sindbad ou Actes Sud- L’exception de Audur Ava Olafsdottir, Editions Zulma- Anomalie des zones profondes du cerveau de Laure Limongi, éditions Grasset ( à ce moment là, j’ai pensé, terrifiée, à mes deux neurones pas du tout en zone profonde ! )- Odeur du temps Chroniques du temps passé de Jean D’Ormesson, éditions Héloïse d’Ormesson- Une bouche sans personne de Gilles Marchand, éditions Forges de Vulcain- L’art de perdre de Alice Zeniter Goncourt de Lycéens en 2018, éditions Flammarion.

Voilà la sélection du jour. Comme à l’habitude, Catherine notre bien-aimée présidente, Sarah, Bertrand, Jacinthe, Geneviève, Françoise, y sont allés de leurs commentaires passionnés et passionnants, graves ou souriants qui donnent envie de tout lire ou relire, de découvrir ou de redécouvrir des auteurs connus ou inconnus , le tout enveloppé dans le cocon du bar d’en-bas qui garde son brouhaha pour le bar d’en-haut.
Du livre de Alice Zeniter sur l’histoire des HARKIS on retient, le très beau poème de l’américaine Elisabeth Bishop, l’Art. A lire sur la toile ou dans le livre.
« Les malheurs des hommes ont le droit d’être chantés » écrivait Homère.

Au jeudi 17 mai même endroit, même heure.
D’ici là, lisez, lisez, lisez encore !

JM

SPIP | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0